La Ruche aux mots : un nouveau jeu dédié à l’orthographe lexicale

Des jeux pour améliorer son orthographe et sa grammaire

Après le Puissance nominale, le Verbopoly, le Syntaxe Max et le Mystérimot, voici la Ruche aux mots ! C’est le dernier-né des outils (jeux) créés par Hélène Pierson dans le cadre de la Pédagogie de la langue écrite.

Pour rappel, la Pédagogie de la langue écrite est proposée par certains membres du réseau 5E. En effet, il est assez courant que certains élèves que nous suivons en graphopédagogie rencontrent des difficultés en orthographe. La méthode d’enseignement traditionnelle ne leur ayant pas permis d’intégrer les règles de base en français, nous leur proposons une autre façon de les aborder.

Accorder, conjuguer, écrire un mot sans fautes d’orthographe

Il s’agit tout d’abord de se (re)familiariser avec la nature (nom commun, adjectif, déterminant…) et la fonction des mots (sujet, verbe, complément…). La conjugaison est également au cœur de notre accompagnement et le Verbopoly est un allié précieux !

Une fois que l’on a compris le mécanisme des accords (ex. : Les grandes fleurs bleues) et de la conjugaison (ex. :  Elles fleurissent), reste l’orthographe dite lexicale…

Selon le Dictionnaire de l’Académie Française : « Les dictionnaires scolaires destinés aux élèves de 8 à 14 ans comptent de 2 000 à 20 000 mots (…), les grands dictionnaires encyclopédiques environ 200 000 (y compris les noms propres) ». Il est donc impossible de connaître l’orthographe de chaque mot !

En classe, il est souvent proposé d’apprendre des listes de mots en lien avec un thème par exemple, ou encore les mots de l’autodictée. Il n’est pas rare non plus d’enseigner une règle en se focalisant sur les exceptions.

S’appuyer sur les régularités orthographiques

Pour traiter la question de l’orthographe lexicale, nous avons choisi, au contraire, de nous appuyer sur les récurrences ou régularités orthographiques.

Par exemple, y a-t-il un « e » à erreur ? La règle est que la plupart des noms masculins ou féminins se terminant par « eur » s’écrivent « eur ».

Ex. : Le facteur lui offre une fleur.

Il existe bien sûr des exceptions. 

Un jeu gratuit et téléchargeable

Dans « La ruche aux mots »,  jeu dédié  à l’orthographe lexicale , nous appelons ces exceptions  « les guêpes ». Le but est d’insister sur les régularités orthographiques et non de se focaliser sur les « guêpes ».

Cela est rassurant pour les apprenants et des progrès sont rapidement visibles.

Le jeu « La ruche aux mots » comprend 6 niveaux et 31 fiches.

Parents, enseignants, ces fiches sont gratuites et téléchargeables, tout comme le plateau de jeu. Je vous invite à les découvrir sur le site d’Écriture Paris.

Pour ma part, je n’hésite pas à « dégainer » en séance la fiche concernée dès qu’un élève émet un doute sur l’orthographe d’un mot ou fait des erreurs récurrentes !

Améliorer son orthographe près de Nancy ou de Toul, c’est possible et en plus c’est ludique !


Journée mondiale de l’écriture manuscrite

Quelle est l’origine de la journée mondiale de l’écriture manuscrite ?

L’association américaine WIMA (Writing Instrument Manufacturers Association) parraine la journée mondiale de l’écriture manuscrite. L’objectif de cette association est de promouvoir l’intérêt général de l’industrie des instruments d’écriture* aux États-Unis, au Canada et au Mexique.

*Fabricants de stylos, crayons et marqueurs tels que Bic, Pilot, Crayola, Pentel…)

La WIMA rassemblant des fabricants d’instruments à écrire, l’écriture à la main est forcément au cœur de ses préoccupations.

Pourquoi avoir choisi la date du 23 janvier ?

La date du 23 janvier a été choisie en lien avec la naissance de John Hancock. Il a été le premier à signer la Déclaration d’Indépendance américaine, en 1776. Sa signature est connue pour être grande et audacieuse.  Aux États-Unis, « John Hancock » est utilisé comme synonyme de signature ​​ou autographe.

Quelles sont les actions menées à cette occasion ?

Cette année la WIMA nous invite à « utiliser un stylo ou un crayon pour raviver ce sentiment créatif à travers une note manuscrite, un poème, une lettre ou un article de journal. » Chaque année, quelques entités (associations, villes, lycées…) lancent des initiatives pour inciter les gens à reprendre leur plume est à écrire (du simple mot sur un post-it à un poème).

Que propose l’association 5E à cette occasion ?

Quand on est graphopédagogue et que l’on fait partie du réseau 5E, cette journée a forcément un écho particulier.

En effet, cette journée nous renvoie à ce que l’on défend tout au long de l’année, à savoir écrire à la main plutôt que d’utiliser le clavier.

Pourquoi écrire à la main ?

Des travaux de recherche de plus en plus nombreux convergent vers la même conclusion : écrire à la main est bénéfique pour le cerveau.

On mémorise mieux et on fait moins de fautes d’orthographe lorsque l’on prend ses cours à la main.

Selon les chercheurs « Les mouvements délicats et finement contrôlés de l’écriture manuscrite contribuent aux schémas d’activation cérébrale liés à l’apprentissage ». cf. travaux de recherches menées par l’équipe d’Audrey Van Der Meer.

Comment faire pour maintenir l’écriture manuscrite ?

Plus facile à dire qu’à faire ! En effet, de plus en plus d’enfants sont confrontés à des difficultés pour écrire : lenteur, illisibilité, douleurs…

La graphopédagogie est une méthode qui vise à les réconcilier avec l’écriture manuscrite en la rendant plus aisée.

Les réunions de sensibilisation proposées aux enseignants permettent également d’agir à la source (tenue de crayon, posture, formation des lettres…).


Rétrospective 2023

2024 avance  à grands pas, le moment de se fixer de nouveaux objectifs et de faire …

La rétrospective de l’année 2023

J’ai consacré 2023 à revoir et consolider les fondations de mon entreprise. Une activité dans laquelle je me suis lancée à temps plein il y a maintenant 4 ans. Des années pas toujours faciles : améliorer son écriture et/ou son orthographe ne figurant pas toujours en tête des priorités.

Néanmoins, l’actualité nous montre qu’écrire est loin d’être dépassé et qu’au contraire l’écriture manuscrite favorise les apprentissages. La graphopédagogie a plus que jamais de beaux jours devant elle !

J’ai donc entrepris plusieurs actions en 2023 et j’ai hâte d’en voir les résultats en 2024 :

  • Depuis le 1er juin, je dispose (en plus de mon bureau près de Toul) d’un bureau aux portes de Nancy. Je peux y recevoir les mercredis ou les samedis (merci à Marie-Laure HUTH, Sophrologue) ;
  • La refonte de mon site internet était devenue indispensable (obsolescence, 2 lieux d’activité, page dédiée à une nouvelle activité en lien avec la maîtrise de l’orthographe …) ;
  • Le déploiement de la Pédagogie de la langue écrite en collaboration avec quelques membres du réseau 5E (il s’agit d’améliorer l’orthographe et l’expression écrite grâce à une méthode spécifique et ludique) ;
  • La communication dans les médias.
  • La participation active à la réalisation de 9 vidéos à l’occasion des 10 ans de l’association 5E. Un beau travail d’équipe avec des collègues de la 5E et Thomas MAHÉ de Jump Production.

2023, c’est aussi :

  • La poursuite de ma collaboration avec 3P Formations. J’interviens pour cet organisme de formation depuis 2021 en tant que Coach Voltaire. J’accompagne en distanciel des stagiaires qui souhaitent se perfectionner en orthographe et grammaire. La préparation au Certificat Voltaire fait partie de l’accompagnement : des résultats gratifiants en 2023 que je vous invite à découvrir.
  • De nouvelles perspectives pour 2024 en contractualisant en toute fin d’année avec Parcours Compétences. Ce partenariat me permet d’intervenir auprès de travailleurs d’ESAT pour les former sur les savoirs de base. Une expérience des plus enrichissantes qui me donne des ailes !

Quel stylo choisir pour bien écrire ?

Pourquoi est-il important de bien choisir son stylo ?

Quel stylo choisir pour bien écrire ? Ma collègue Christine GROOT aborde ce sujet dans la nouvelle vidéo de notre série de portraits de graphopédagogues. Elle nous donne des conseils pour choisir le « bon » stylo. En effet, écrire avec un outil scripteur adapté est important. Cela peut paraître anodin, mais certaines écritures se dégradent  en partie du fait d’un stylo inapproprié. Observez  ci-dessous l’écriture d’un garçon de 9 ans en cours de rééducation. Son écriture  tremble beaucoup moins lorsqu’il utilise un stylo roller ergonomique que lorsqu’il écrit avec un stylo à bille.

Stylo à bille,  crayon de papier, roller ?

De fait, certains stylos à bille favorisent une mauvaise préhension. Par exemple :

– leur forme fait qu’ils glissent ou « roulent » au niveau des doigts . La main va naturellement se crisper pour bloquer le stylo ;

– l’encre ne coule pas bien et on est forcé d’appuyer fort pour laisser une trace visible. Là encore, la main va se crisper pour tenir le crayon fermement.

Tant que le geste d’écriture n’est pas acquis, nous préconisons d’utiliser un crayon de papier. C’est souvent, et à juste titre, le cas en maternelle et en début de CP.

Mais là encore, il y a crayon de papier et crayon de papier. La plupart des crayons de papier ont six faces et ont tendance à rouler. Le pouce s’enroule autour du crayon, ne permettant aucune mobilité des doigts.

Utiliser un crayon de papier ou un stylo triangulaire  

L’idéal est donc d’utiliser un crayon de papier triangulaire : une face pour le pouce, une pour l’index et une pour le majeur. Les doigts peuvent alors bouger et avoir l’amplitude nécessaire pour bien écrire.

La bonne nouvelle, c’est qu’il existe de plus en plus de stylos à bille de forme triangulaire. Il en est de même pour les crayons de couleur et les feutres.

Même chose pour les stylos à plume et les rollers.

Pas évident de choisir , alors testez  ! Un stylo qui convient en début de rééducation conviendra peut-être moins à son issue, surtout si on a travaillé la tenue de crayon. Ce n’est pas toujours facile pour le « testeur » de ressentir si écrire est plus confortable avec tel ou tel stylo. En tant que graphopédagogue, nous avons en principe l’œil et pouvons l’aiguiller dans son choix !


Laure Genty – Les difficultés que peuvent rencontrer certains élèves de CP

Les 10 ans de la 5E sont l’occasion de vous présenter chaque mois (ou presque) une graphopédagogue en exercice, ainsi qu’un aspect de la graphopédagogie. La vidéo de mai nous amène à Orléans. Ma collègue Laure Genty nous parle des difficultés que peuvent rencontrer certains élèves de CP. La graphopédagogie va les aider à maîtriser le geste et à entrer dans l’écriture manuscrite de façon plus aisée. Plus d’informations sur la site de la 5E : https://www.association5e.fr/articles/121655-la-maitrise-du-geste-en-cp


Des erreurs d’accords dans le groupe nominal et des erreurs de conjugaison

J’ai repris les dictées de plusieurs élèves que j’accompagne et je me suis « amusée » à classer les erreurs (accord groupe nominal, conjugaison, orthographe lexicale). Sans surprise, 60 à 80 % des erreurs relevées concernent des accords dans le groupe nominal et des erreurs de conjugaison. Cet exercice ne fait que me conforter dans ma pratique, à savoir remédier aux problèmes d’orthographe en travaillant sur les natures et les fonctions. Cela fonctionne aussi bien pour les enfants que pour les adultes. C’est quand même réjouissant de pouvoir éliminer autant d’erreurs en travaillant « si peu » de notions !

Et si en plus, c’est en puisant parmi les jeux proposés par Hélène Pierson, il n’y a plus de quoi hésiter !

Verbopoly, Puissance Nominale, Syntaxe Max…autant de jeux sur lesquels s’appuyer.


Vous avez dit “dys” ?

On lit et on entend beaucoup de choses au sujet des troubles “DYS”. C’est le cas de la dysgraphie qui n’est pas toujours facile à définir et à cerner. J’ai à cœur de partager avec vous cet article de ma collègue Laurence Pierson. Son regard est d’autant plus intéressant qu’il est double : le regard de graphopédagogue mais aussi celui d’ex-enseignante, sans parler de celui d’auteur (ou d’autrice pour ceux qui préfèrent). 

http://www.ecritureparis.fr/pour-les-enseignants/articles/144-eleves-dys-quels-amenagements-faut-il-mettre-en-place-en-classe

Il est question dans cet article du risque de stigmatiser les enfants porteurs de troubles DYS. La vidéo de l’association Dys sur Dys, qui est cité et mis en lien, me fait penser au fameux effet Pygmalion…négatif.

Une analyse critique de certains aménagements proposés en classe permet par ailleurs à Laurence Pierson de proposer ceux qui lui paraissent les plus appropriés.

Concernant  la dysgraphie en particulier, il peut être judicieux de tenter une remédiation. Dans de nombreux cas, celle-ci permet de se passer d’aménagements et, dans tous les cas, l’écriture s’améliore.

 A titre d’exemple, je vous présente l’évolution de l’écriture d’un élève de 6ème “DYS” dont l‘accompagnement en graphopédagogie est en cours.

Après 3 séances :